Crissay-sur-Manse l’un des plus beaux villages de France

logo du site
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse
  • Crissay-sur-Manse

Accueil du site > Commune > Historique

- Historique

France3

Histoire de CRISSAY sur MANSE

Anglais3

Click -> History of Crissay sur Manse

La commune de CRISSÉ – là où se dresse une forteresse - est établie dans la vallée de la Manse, affluent de la Vienne. Le village s’appuie contre le coteau à une altitude allant de 44m à 120 m. On comprend facilement l’intérêt que les hommes ont pu tirer de ce plateau calcaire qui s’étage en couches favorables au creusement de caves et de souterrains qui ont sans doute constitués les premiers habitats de ce site.

http://www.culture.gouv.fr/public/m...

  • Le nom du village 

CRISSAY sur MANSE a porté auparavant les noms de :

CRISSEIUM au IXème siècle – propriété de l’abbaye de Cormery confirmée par les lettres de Charles le Chauve entre 823 et 877.

CRISSIACUM au XIème – c’est alors une châtellenie de moyenne importance qui appartient pour partie à Bouchard de l’Ile qui est son premier seigneur connu, cité en 1084, et pour l’autre partie à l’Archevêque de Tours.

CRISSÉ apparait au XIIIème siècle – domaine des seigneurs Turpin de Crissé de 1124 jusqu’au 1er juillet 1632. A cette date la terre fut saisie et adjugée à Michel d’Evrard, capitaine gouverneur de Chinon, seigneur de Hécourt.

Au XVIIIème quelques actes portent le nom de CRISSAI – Les de Beauvau, marquis de Rivarennes, puis les Rochechouard et les Choiseul-Praslin en furent les seigneurs successifs.

CRISSAY est l’orthographe actuelle depuis la Révolution

CRISSAY est devenue CRISSAY sur MANSE pour se différencier et éviter les confusions postales avec CUSSAY en Indre et Loire.

Le château 

Partiellement détruit au cours de la guerre de Cent Ans, il fut rebâti à la fin du XVème siècle sur les fondations d’une très ancienne forteresse. Il subsiste un donjon du XIIIème siècle avec des souterrains refuges creusés dessous. La chapelle seigneuriale date du début du XIème siècle.
http://www.culture.gouv.fr/document...

 

L’église 

L’église actuelle de Crissay fut construite en 1527 par Jacques Ier Turpin de Crissé, sur les ruines d’une ancienne chapelle qui dépendait alors de Saint Epain. Elle fut consacrée par l’archevêque de Tours, Antoine de la Barre, et restaurée en 1867. La réfection de la charpente et de la voute de la nef furent achevés en 1870. L’église est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1926. Dans la sacristie se trouve L’enfeu de Catherine du Bellay.
http://www.culture.gouv.fr/document...

 

Le Bourg 

Ce village plein de charme a su garder l’authenticité de cette douceur de vie tourangelle.

Le bourg conserve de beaux logis des XVème et XVIème siècles qui attestent de son importance passée.

Il fut fortifié en 1545, sur autorisation de François Ier, donnée à Jacques II Turpin de Crissé. Ce Jacques II luttait alors contre le banditisme lié aux bandes de mercenaires qui avaient été engagés pour le temps d’une campagne, dans la guerre de Cent Ans, puis libérés, mais peu désireux de rentrer chez eux.

Le bourg fut alors renfermé avec quatre portes : de la Motte à l’Ouest, de Saint Epain à l’Est, Bigot au Nord et du Puits Auger au Sud. Seuls des vestiges des deux dernières sont encore visibles.

Parmi les maisons du bourg on distinguera : 

  • La maison ayant un pan de bois, située à l’angle de la rue du Puits Auger et de la rue de Chinon, qui a été construite vers 1494. 
  • La « maison de justice », en haut de la rue du Puits Auger, date de 1498 environ. 
  • La « maison Gaby », située juste en face, a été mise en place vers 1523.
  • La « maison du grand carroi », sur la place, à proximité immédiate des précédentes, a été construite en 1536. Elle comporte de magnifiques fenêtres à meneaux typiques de la Renaissance. 
  • Le « logis de la Poterne », construit en pierres de taille en 1525, commandait la porte Bigot (porte Nord). La terrasse avec garde corps date de 1820. 
  •  L’"Hostel des Anglois ", vers le milieu de la rue du château, est datée de 1684 et surplombé par une maison dites "la Hullinerie" 
  • Le « camp des prussiens » situé un peu plus à l’Ouest sur cette même rue, à droite de l’entrée du château, comporte une belle demeure troglodytique. Son nom rappelle que les prussiens occupèrent le village en 1871. 
  • En redescendant la rue du château vers la route départementale, on trouvera à droite, l’ancienne « école » et l’ancienne « mairie » dont les missions furent ensuite transportées au Sud du village, place de l’église. 
  • A gauche se trouve « la Baumonnerie » qui date pour partie du XVIème siècle. 
  • En descendant vers l’église, on trouvera encore une belle maison datant du XVème et XVIème siècle, à l’angle de la rue de l’église et de la rue du Puits Auger.

A l’extérieur du bourg, sur le bord de la Manse :

 

En direction de St Epain/Neuil à l’est :

.

H1



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF